La technique

Depuis sa création en 1988 en Australie, la recharge de cartouches d'imprimantes s'est popularisée dans le monde depuis vint ans, grâce à quelques réseaux de franchise et des fabricants de cartouches compatibles ou "génériques".

Cependant, il existe deux méthodes différentes de recharge et de remanufacturation (toner laser).

Jet d'encre

 

Une cartouche d’encre est composée d'une coque en plastique qui contient une éponge remplie d'encre avec des pigments, des solvants et de l'eau.

On comprend mieux l'intérêt écologique de la recharge des cartouches.

La réutilisation des cartouches d'encre, ou toner laser, est un enjeu majeur au même titre que le tri du papier !

En France, seulement 10% des cartouches d'encre vendus sont rechargés et réutilisés (source GFK). Tandis qu'en Allemagne ce taux avoisine 25%.

Encore peu développé, l'usage des cartouches rechargées se développe rapidement.

Elles représentent une véritable alternative aux cartouches d'origine.

Les principes de base, l'utilisation d'encres spécifiques, de procédés éprouvés et tester toutes les cartouches rechargées, garantissent un bon fonctionnement. Il ne faut pas oublier que ces cartouches ont déjà effectué un cycle d'impression et leur taux de retour défectueux

est de 2 à 6%.

 


Toner laser

La cartouche laser est constituée de plastique, de métal, de caoutchouc et de toner, la poudre formée de pigments et de particules métalliques.

Le fonctionnement est de loin plus complexe et nécessite une formation spécifique.

La cartouche laser est composée de pièces d'usure comme le tambour, le rouleau de transfert, les rouleaux magnétiques et racleurs.


Il faut donc choisir le distributeur local qui aura l’approche commerciale adaptée en assurant un service après-vente de proximité,

suffisamment réactif pour permettre de pallier à ce taux de cartouches défectueuses, légèrement supérieur à celui des cartouches  d'origine de marque.